Le blog sur la grippe aviaire...

Publié le par Catherine Nivez

Hier soir, nous recevions Philippe "Ryback" (pseudonyme), auteur d'un blog sur la grippe aviaire. Son blog rassemble TOUTES les informations disponibles actuellement autour du virus en un seul site : le sien.

Professionnel de l'investigation et de la vérification des indices, Philippe applique sur son blog les méthodes qui sont les siennes autour du H5n1... Il traque le moindre signe sanitaire sur le web autour du virus "Influenza H5n1" (nom scientifique du virus de la grippe aviaire et nom de son blog). Le résultat est remarquable : un blog d'expert où l'on sent une info "tirée au couteau", vérifiée, recoupée, décortiquée... Résultat : il n'est pas rare qu'il diffuse 24h ou 48h avant les grandes agences de presse (et donc les médias officiels) des infos qu'on retrouve ensuite partout dans les médias...

Influenza H5n1 : un media a lui tout seul !

Publié dans Blog

Commenter cet article

gunnar 04/01/2006 18:25

Les fêtes de fin d'année sont passées et ont emporté avec elles les peurs irrationnelles d'octobre et novembre. Les industriels de la volaille se frottent les mains : les produits festifs se sont très bien vendus et les chiffres d'affaires sont quasi identiques à ceux de 2004. Concernant le volume des viandes de volaille, il est en légère baisse entre 2004 et 2005, mais cela n'a rien à voir avec les - 20 ou - 30% annoncés par les professionnels qui négociaient des mesures d'aide auprès du ministère de l'agriculture. En remontant plus loin, on constate même que la baisse de consommation de viandes de volaille en France est antérieure au phénomène grippe aviaire et qu'une véritable baisse structurelle est enregistrée par les experts économistes depuis 2000. Alors à qui profite ce tapage ?
Pendant ce temps, les autorités sanitaires ont distribué préventivement à leurs agents dans les départements des masques pour pouvoir intervenir sur le terrain lors de l'apparition d'un éventuel foyer. Ces masques portent l'inscription MADE IN CHINA...

gunnar 27/10/2005 22:53

Dans les écoles de communication, on explique souvent que plus la personne qui émet un message a un rang "élevé", plus le message délivré est  "grave" ou du moins solennel. En décidant de laisser Galouzeau de Villepin sortir sur le thème de la grippe aviaire, il va de soi que cette première intervention du Gouvernement devant les médias ait provoqué une angoisse chez le consommateur. La logique aurait voulu que le porte parole pour parler de la grippe aviaire soit d'abord un haut fonctionnaire, puis si la situation sanitaire l'exigeait, un ministre, et enfin le fameux premier ministre. Le Gouvernement a donc choisi d'alarmer le consommateur et comme les querrelles intestines entre l'agriculture et la santé ne sont toujours pas règlées depuis la crise de la vache folle, Galouzeau a voulu prendre date dès le début du mois de septembre. Un formidable défilé d'experts a alors suivi cette mémorable déclaration pour dire tout et son contraire devant les caméras et derrière les micros des radios.  Du coup, ce même Galouzeau a repris la parole pour calmer le consommateur en demandant de "ne pas céder à la panique" tout en affirmant qu'il veillerait à ce que la France possède suffisamment de masques... Il faudrait au passage plus d'un milliard de masques en France, sachant qu'un même masque ne peut être utilisé que quelques heures, alors que la production mondiale atteignait 600 millions d'unités en 2004 !


De quoi parlons nous ? D'un virus grippal hautement pathogène H5N1 qui depuis 1999 a provoqué 61 décès humains dans le monde suite à des contaminations qui hélas concernent le plus souvent les personnes en contact direct avec les foyers.  


En France, la grippe aviaire est une maladie animale connue notamment dans des élevages de canards du Sud Ouest où le virus H5 faiblement pathogène a déjà été identifié (cf rapport du groupe de travail de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur les risques de transmission à l'homme des virus influenza aviaires ; www.afssa.fr). Aucune information n'avait été faite sur cette surveillance classique et les méthodes de lutte connues. Cette absence de transparence risque de semer la confusion et contraste avec la communication affichée par le Gouvernement. Faute d'avoir expliquer les choses simplement en dehors des crises, l'équipe de Galouzeau a préféré jeter de l'huile sur le feu. Prochaine étape, expliquer la non organisation de la filière volaille au consommateur. La majorité des 15 000 "éleveurs" sont de simples loueurs de locaux où les industriels gèrent tout de l'aliment à l'abattoir. Quant aux inspections officielles, elles sont peu nombreuses dans les élevages et les contrôles des vétérinaires en abattoir vont prochainement être délégués...


Pour mémoire, chaque année, la "classique" grippe saisonnière tue en moyenne 1 700 personnes en France.

céline 20/10/2005 14:04

Et que pensez-vous du livre de Jean Philippe Derenne :Pandémie la grande menace Grippe Aviaire 500 000 morts en France?
Scénario alarmiste nécessaire pour faire bouger les pouvoirs publiques ?

Andrael 20/10/2005 12:59

Merci de cette information qui me semble très utile je vais de ce pas y faire un tour.